Rassemblements interdits : attention aux mauvaises interprétations

Depuis mercredi, tous les corps de police du Québec ont le pouvoir de remettre des amendes de 1000 $ aux gens qui participent à des rassemblements illégaux ou qui ne respectent pas les consignes de distanciation physique pour prévenir la propagation de la COVID-19. Mais durant toute la journée, nous avons constaté une interprétation divergente selon les autorités.

Des services de police ont affirmé que des amis n'ont pas le droit de marcher ensemble dans la rue, même à deux mètres l'un de l'autre, et que les rassemblements de plus de deux personnes sont interdits. C'est inexact et incomplet.

Pour en avoir le coeur net, le Directeur des poursuites criminelles et pénales nous renvoie au décret du gouvernement du Québec du 20 mars (Nouvelle fenêtre) qui a renouvelé l'état d'urgence sanitaire sur tout le territoire.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: