Deux ans moins un jour pour le policier Simard

(Chicoutimi) Le policier de la Sécurité publique de Saguenay André Simard est condamné à deux ans moins un jour de prison.

Il a immédiatement été incarcéré, malgré un appel déposé par son avocat pour contester les six verdicts de culpabilité prononcés contre lui le 17 mars dernier pour agression sexuelle sur cinq jeunes femmes. Il a aussi été reconnu coupable de cinq chefs de trafic de haschisch.

Tous les événements ont eu lieu à Jonquière chez des amis ou sur son ponton sur le lac Kénogami en 2009 et 2010.

Les agressions sexuelles ont été réalisées dans un contexte de consommation abusive d'alcool et de drogues sur fond de triolisme, une pratique sexuelle prisée et assumée par le policier qui a prétendu que les victimes avaient toutes consenti aux activités sexuelles proposées. Parmi celles-ci, cunnilingus, fellation, sodomie et touchers aux fesses ont été retenus par le juge Rosaire Larouche de la Cour du Québec. Les trafics de drogue étaient le partage ou la proposition d'en consommer avec les victimes.

La procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Valérie Lahaie, avait proposé une sentence exemplaire de cinq ans de pénitencier tandis que son confrère de la défense, Me Pierre Dupras, avait suggéré une peine de 18 à 24 mois d'incarcération.

Le juge Rosaire Larouche de la Cour du Québec a opté pour cette suggestion en indiquant que les victimes ont démontré peu de conséquences des gestes posés et qu'elles ont continué de fréquenter le policier, à l'exception d'une victime.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: