Aucune arrestation à la manifestation contre la brutalité policière à Montréal

La 20e marche annuelle contre la brutalité policière s'est conclue mardi sans aucune arrestation, sans casse et sans contravention. Et cela, même si les manifestants ont envahi le Centre-Ville de Montréal sans avoir remis leur itinéraire aux policiers.

Le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a dressé un bilan très positif de cette marche qui est souvent le théâtre d'affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants.

Quelques centaines de personnes ont participé à cette manifestation, organisée notamment par le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP). Sur l'une des banderoles qui ouvrait la marche on pouvait lire: « Unis et solidaires contre l'impunité policière ».

Les manifestants sur place ont dit vouloir dénoncer la méthode forte des policiers, leur traitement des personnes itinérantes ou celles vivant avec des problèmes de santé mentale, et le fait que les enquêtes sur les policiers sont faites par d'autres policiers. Ils voulaient aussi défendre le droit de manifester et la liberté d'expression.

La marche s'est terminée vers 21 h 45 au square Cabot, en face de l'ancien Forum, sur la rue Sainte-Catherine. Les manifestants se sont ensuite dispersés calmement.

Pour faire changement des années passées, les organisateurs avaient planifié un repas festif au Parc La Fontaine dès 17 h pour réunir les manifestants et donner à l'événement un caractère plus « familial », était-il indiqué sur les affiches.

Les gens présents au parc ont aussi fait éclater une pinata en forme de cochon géant, portant un uniforme du SPVM.

La manifestation s'est mise en branle peu après 20 h. Environ 30 minutes plus tard, les manifestants étaient quelques centaines et plusieurs portaient des cagoules ou des foulards camouflant leur visage.

Ils ont circulé directement sur la chaussée de l'une des plus grosses artères de la métropole, la rue Sherbrooke, puis ont emprunté les rues St-Denis et Sainte-Catherine, de grandes rues commerciales, traversant le Centre-Ville.

Les manifestants ont crié des insultes aux agents du SPVM, massés devant les deux postes de police croisés en chemin, mais il n'y a eu aucun geste de violence.

Peu d'incidents ont secoué le parcours. Quelques protestataires ont tenté en vain de fracasser la vitrine d'une institution financière au Centre-Ville; d'autres ont renversé des barrières et des cônes orange, sans plus.

Les policiers se sont tenus à distance, mais ont surveillé attentivement les événements. De nombreux véhicules devançaient la manifestation pour bloquer la circulation et des policiers à cheval se tenaient en queue de la marche.
Pour revoir notre couverture en direct, cliquez ici.

Le commandant du SPVM et porte-parole Ian Lafrenière s'est déclaré très heureux du bilan de la 20e marche.

« Tout s'est très bien déroulé, a-t-il dit en entrevue. Ça fait 20 ans qu'on martèle le même message, que si les gens sont là pour les bonnes raisons, pour passer un message, ce qui est complètement démocratique, il n'y a aucun problème tant qu'il n'y a pas de casse ». Pour avoir une note de 100 %, il aurait toutefois fallu que les manifestants remettent leur itinéraire à l'avance, a-t-il toutefois souligné.

Il s'agit peut-être d'une nouvelle ère, a-t-il même lancé.

Le militant Jaggi Singh n'était pas de cet avis.

« Les problèmes avec la structure de police sont enracinés. Ils ont fait un petit 'show' aujourd'hui mais chaque jour on voit les bavures policières alors je n'ai pas confiance que ça marque un grand changement radical », a-t-il déclaré au terme de la marche.

Chez les manifestants, certains semblaient satisfaits de la tournure des événements, mais d'autres étaient dubitatifs et se questionnaient même sur la stratégie de la police.

« Le SPVM vient d'avoir une claque en pleine face », a lancé une jeune femme qui faisait un discours au square Cabot, se félicitant du fait que la marche se soit déroulée sans incident.

Mais elle demandait aussi « pourquoi ils nous ont laissé prendre la rue? », lançant qu'il s'agit d'une très bonne question. L'an dernier, la marche avait été arrêtée peu de temps après qu'elle se soit mise en branle.

L'an dernier, il n'y avait eu qu'une seule arrestation, mais 94 contraventions, remises en lien avec des violations du Code de la route, parce que les manifestants bloquaient la rue. En 2014, 288 amendes avaient été remises et cinq personnes avaient été arrêtées.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: