5 à 7 de la CPRP

Date de l'événement: 

01 Avril 2014

lieu: cégep du vieux-montréal

Parce que l’injustice, ça consterne tout le monde !

5 à 7 de la Commission populaire sur la répression politique

1er avril 2014 au Cégep du Vieux-Montréal
255 Ontario Est (Café des profs)

La Commission populaire sur la répression politique vous invite à un 5 à 7 de mobilisation et d’information le 1er avril prochain au Cégep du Vieux-Montréal.

À partir de juin 2014, la Commission tiendra des audiences publiques dans 6 villes du Québec afin de recueillir des témoignages et des mémoires concernant la répression politique au Québec depuis 1990. Aux termes des audiences, il sera produit un rapport contenant une analyse transversale des différentes formes de répression (policière, judiciaire, législative, médiatique).

Vous souhaitez vous impliquer au sein de la Commission populaire mais votre horaire chargé ne vous le permet pas pour le moment ? Le 5 à 7 du 1er avril sera l’occasion d’en apprendre davantage sur les derniers développements du projet, tout en prenant une bière à la santé de la Commission.

La programmation de la soirée sera dévoilée le 25 mars, mais nous pouvons déjà compter sur la participation d’Alexandre Popovic. Né à Montréal, Alexandre Popovic est un individu bien connu des services policiers. Entre 1995 et 2002, il a été arrêté à douze reprises, la plupart du temps dans le cadre de manifestations.

Contexte

La grève étudiante de 2012 et le mouvement social qu'elle a entraîné ont connu une répression remarquable qui a révélé au grand jour le phénomène de la répression politique. À l'extérieur de ce mouvement, le profilage et la discrimination sur la base des convictions politiques s'exercent également de façon systématique depuis plusieurs décennies et dépassent largement l'action policière et le mouvement étudiant. Face à ce constat et réagissant au manque de débat sur la répression politique, nous avons décidé de mettre en place une Commission populaire en vue de souligner l’ampleur et certains effets de la répression politique subie au Québec de 1990 à aujourd'hui.

Nous dénonçons au passage la poudre aux yeux que représente la Commission spéciale d'examen des événements du printemps 2012, initiée d'une part pour faire taire les demandes d'enquête indépendante du travail policier, et d'autre part afin de faire dévier l'attention de la brutalité policière et de la diriger vers les actions des manifestants et manifestantes, qualifiéEs de " fauteurs de trouble " par le commissaire Bernard Grenier.

Au sujet de la Commission populaire sur la répression politique

La Commission populaire sur la répression politique est un projet qui repose sur l’apport de dizaines de personnes bénévoles dont des militantEs de l’Association pour la liberté d’expression (http://assoliberteexp.blogspot.ca/) et leurs alliéEs.

La Commission est très heureuse de pouvoir compter sur l’apport de 3 analystes chevronnéEs de la répression politique au Québec à titre de commissaires permanentEs. Il s’agit de Francis Dupuis-Déri, professeur au Département de science politique de l’UQAM, de Céline Bellot, chercheure au Centre international de criminologie comparée et de Lucie Lemonde, professeure et chercheure au Département des sciences juridiques de la Faculté de science politique et de droit de l’UQAM.

Pour de plus amples informations sur la Commission populaire sur la répression politique :

http://commissionpopulairesurlarepressionpolitique.wordpress.com/

http://www.facebook.com/ale.cprp

ale.cprp@gmail.com

Dossiers: 

Ville où l'événement s'est produit: