Dernier acte de contrition pour la « taupe du SPVM »

«J’ai été imbécile, insouciant, cupide. Je sais que j’ai commis un crime abominable. Mais je suis vivant. Et très chanceux de l’être.»

Benoît Roberge a pu tirer un trait sur sa vie de prisonnier mardi, après avoir purgé trois des huit ans de sa peine pour avoir vendu des renseignements sur des enquêtes et des collaborateurs de police au Hells Angel René Charlebois.